semaine mondiale de la francophonie scientifique

Communications

Atelier 1 : Recherche et l’Innovation à impacts

AGBODJAN PRINCE Hervé (2023) ''Observatoire de la Francophonie économique : une structure de recherche à impacts socioéconomiques, le cas du programme Forje"

Atelier 1 : “La Recherche et l'innovation à impacts''

Dans le cadre de son objectif qui consiste à contribuer à la structuration de la recherche et à encourager la relève scientifique, l’Observatoire de la Francophonie économique a entrepris, en étroite collaboration avec l’AUF, le programme Formation à la recherche pour jeunes économistes francophones (Forje). Lancé en 2018, ce programme s’adresse à des chercheuses et chercheurs doctorants et postdoctorants de l’espace francophone africain, et leur permet d’effectuer un stage de recherche d’une durée de trois à quatre mois dans un établissement partenaire du continent. Il s’agit d’une formation de haut niveau pour de jeunes économistes du continent et une opportunité d’acquérir une expérience enrichissante auprès de professeurs chevronnés.

Lire la suite de la communication

CHAKROUN-WALFA Olfa,  KARRAY Rim, JERBI Mouna, ISSAOUI Fadhila, NASRI Abdernour, BEN DHAOU Mahdi, ELLEUCH Mohamed Habib, REKIK Noureddine (2023) '' Développement de simulateurs de bas coût ; un projet de recherche efficient et réalisable pour réduire les coûts de soins"

Atelier 1 : “La Recherche et l'innovation à impacts''

L’un des enjeux dans le domaine médical est d’assurer une formation actualisée des jeunes médecins afin d’améliorer la qualité de soins et réduire le risque de complications qui représente un cout supplementaire. La formation dans ce domaine est difficile car elle nécessite souvent un équipement onéreux (1, 2). L’un des enjeux des pays en développement est de rendre accessible ces équipements aux apprenants afin de garantir une meilleure qualité de soins, tout en réduisant le coût de formation et de soins.  

Dans ce sens, nous avons choisi de développer des simulateurs de bas coût tout en assurant la qualité adéquate de formation. Nous avons choisi deux actes de soins parmi les plus difficiles à apprendre et ayant les plus hauts risques de complications; les cathéters veineux centraux et le drainage thoracique. Ces complications peuvent entraîner des coûts élevés en termes de durée de séjour en hospitalisation, de recours à des soins supplémentaires ou de pertes de productivité pour les patients. Plusieurs études se sont focalisées sur le développement de simulateurs low-cost (3, 4). Ils permettent de prévenir les complications, en offrant une formation réaliste et accessible à moindre coût, en occurence aux pays en développement. 

Lire la suite de la communication

DE LASME Omer Zéphir, COULIBALY Issouf, ONÉITÉ Zahibo Oscar, KOUAKOU Abdelziz (2023) ''Optimisation de la stratégie d’exploitation des ressources en eau souterraines du site de l’Université de Bondoukou''

Atelier 1 : “La Recherche et l'innovation à impacts''

Cette étude a pour objectif de proposer une stratégie de gestion optimale des ressources en eau souterraine pour l’alimentation en eau potable (AEP) des populations qui fréquenteront le site de l’Université de ladite ville de Bondoukou (Nord-Est de la Côte d’Ivoire). Les données utilisées pour cette étude sont issues des fiches techniques de forages. L’approche méthodologique a consisté d’abord en l’identification du type d’aquifère souterrain, ensuite, l’évaluation des paramètres hydrodynamiques et hydrauliques en utilisant l’Outil d’Aide à l’Interprétation des Pompages (OUAIP) puis l’estimation de la portée pratique de la productivité à travers l’analyse géostatistique et le krigeage de la transmissivité des aquifères captés. Enfin, une stratégie d’optimisation de la production des eaux souterraines a été simulée à partir des propriétés intrinsèques d’une implantation de forage productif pour couvrir la programmation progressive des besoins de consommation en eau potable de la population habitant le site de l’Université. Les résultats obtenus ont mis en évidence que la dizaine des forages captent les aquifères discontinus contenant des nappes captives. Ces forages en exploitation délivrent un débit moyen de 6,81 m3/h d’eau souterraine issue des aquifères caractérisés par un débit spécifique moyen de 0,53m2/h et une transmissivité moyenne de 2,63.10−4m2/s. L’analyse géostatistique a montré que la transmissivité se comporte comme une variable régionalisée dont la portée pratique n’excède pas 150m. La simulation d’optimisation a montré qu’il n’est pas nécessaire de mettre en exploitation simultanément tous les forages implantés sur le site, mais de faire le choix d’un forage unique identifié F17 exploité à un débit de 12m3/h pendant 12h chaque jour afin de parvenir à couvrir les besoins en eau des humains qui fréquenteront l’Université de Bondoukou pendant les cinq premières années. Ainsi, la stratégie d’optimisation d’exploitation contribue à faire des économies considérables sur le coût initial du budget d’approvisionnement en eau potable sur le site universitaire./.  

Lire la suite de la communication

DIOP Michel Bakar, DIAGNE Coumba, FALL Nene Galle, KANE Demba, THONART Philippe, SINDIC Marianne (2023) ''Fermentation améliorée du poisson au Sénégal à l’aide d’une sélection de bactéries lactiques nisinogènes et application dans des microentreprises halieutiques ''

Atelier 1 : “La Recherche et l'innovation à impacts''

L’université Gaston Berger (Sénégal) et l’université de Liège (Belgique) ont réalisé entre 2012 et 2021 un programme de recherche axé sur la sélection de bactéries lactiques productrices de bactériocines, aptes à améliorer la fermentation traditionnelle du poisson au Sénégal. Une collection microbienne a été créée au Sénégal. Elle inclut deux souches de Lactococcus lactis subsp. lactis (LMG 33155 et LMG 33157) qui acidifient la chair de poisson immergé dans une matrice à base de céréale pour l’aromatisation, et y sécrètent de la nisine (E 234), pour contrôler les bactéries indésirables sans nécessité d’un salage massif. Le projet vise une amélioration significative de la qualité du poisson fermenté au Sénégal par la production et l’utilisation de cultures starters en artisanat. La stratégie d’implémentation de la solution technologique en microentreprises halieutiques est basée sur une production annuelle de 168 kg de cultures starters reconditionnées à partir de formats lyophilisés, utilisables pour une fermentation améliorée de 168 T de poissons crus transformables en 67 T de produits fermentés locaux de qualité 

Lire la suite de la communication


DIOUF Malick, DIATTA Soumbane, DIOUF Jeanne Élisabeth (2023) ''Les sciences participatives, un levier pour le développement communautaire et la durabilité de la pêche aux coquillages en Afrique de l'Ouest''

Atelier 1 : “La Recherche et l'innovation à impacts''

Les sciences participatives gagnent une place de plus en plus importante dans les recherches en science. Chez les sociétés, la remise au goût du jour des sciences participatives vient contribuer par des démarches scientifiques à la résolution des problématiques actuelles qui affectent la survie des communautés. Dans les rivages de la région ouest africaine en particulier les îles du delta Saloum au Sénégal, l’exploitation des coquillages, revêt une importance économique et sociale non négligeable pour la grande majorité des femmes dont c’est la principale source de revenue. De plus, elle contribue à la satisfaction des besoins alimentaires et à la réduction de la pauvreté. Pourtant, la ressource coquillière décline et la vulnérabilité de l’écosystème mangrove accroit face au changement climatique, au risque de pollutions et la surexploitation. C’est donc dans ce contexte de raréfaction que des populations locales ont sollicité l’appui de scientifiques d’où le développement dans les années 2000 d’une recherche participative et pluridisciplinaire visant l’adoption de nouvelles pratiques de gestion tel que le repos biologique, la taille minimale de pêche en vue d’améliorer la disponibilité des stocks  ainsi que la pérennité de la ressource. L’apport des sciences participatives donnent dans ce sens aux communautés l’opportunité de pouvoir proposer des solutions aux problèmes qui menacent leur survie et bien-être.  

Lire la suite de la communication


KOUOTOU Daouda (2023) 'Les résidus de la biomasse locale : une source de bio-dollar entre les mains des scientifiques"

Atelier 1 : “La Recherche et l'innovation à impacts''

Dans un contexte mondial marqué par des restrictions environnementales sur l’usage excessif des ressources naturelles du fait des changements climatiques et doublé de la raréfaction des matières premières, les scientifiques (enseignants et chercheurs) de « l’espace francophone » sont interpellés au premier chef pour proposer des portes de sortie ou des alternatives pour le décollage effectif de l’économie. Au clair, cette contribution promeut la recherche et l’innovation à impacts. En d’autres termes, elle fait des propositions scientifiques concrètes qui si elles sont prises en compte boosteraient l’économie au profit du développement des pays dans l’espace francophone. C’est enfin un cadre de propositions des leviers de développement, qui outre de résoudre les problèmes environnementaux à proprement parler participent à relever le niveau de l’économie. L’espace francophone sous-entendu les pays d’usage du français, grand bassin agricole et connu pour être mamelle nourricière au regard du taux d’exportation des matières premières. Cet espace dispose des atouts agriculturaux indéniables par conséquent source intarissable des résidus de la biomasse, qui n’attendent que le savoir-faire et l’ingénierie des scientifiques pour leur donner une valeur ajoutée. Dans un contexte d’économie circulaire, ce sont ces matières premières inestimables, qui devraient faire leur force de développement.  Les nouveaux produits issus des transformations des matières premières seraient utiles comme intrants agricoles par exemple et participeraient au développement. D’où l’intérêt de faire un état des lieux dans l’espace francophone de cette potentialité encore négligée, que sont les résidus de la biomasse locale et que nous qualifions de puits de ‘’BIO-DOLLARS’’ capables de booster l’économie. Cette contribution va en droite ligne avec les préoccupations des organisations francophones sur le plan de la relance économique à travers des axes stratégiques à savoir : Accélérer la croissance économique et diversifier les ressources ; Assurer une gestion durable des ressources pour les générations futures. Cette contribution s’aligne au plan stratégique à la mouvance des accords signées sur la réduction des émissions des gaz à effet de serre que les pays de l’espace francophone ont ratifiés à la COP21 à Paris et la COP22 à Marrakech comme engagement national et international.                     

Lire la suite de la communication

LISENGA BOLILA Joël (2023) “Contribution du Centre de recherche d’études évaluatives de l’Université de Kinshasa à la pratique de l’évaluation des programmes publics en RD

Atelier 1 : “La Recherche et l'innovation à impacts''

Cette étude est une contribution substantielle à l’amélioration des politiques publiques dans les pays de l’Afrique francophone en général et en RDC en particulier. S’inscrivant dans l’optique de la recherche innovante et/ou à impacts socioéconomiques, elle met l’emphase sur l’apport pratique du centre de recherche d’études évaluatives de l’université de Kinshasa (CREEUK) dans les efforts que fournis le gouvernement congolais pour implémenter la culture   du suivi-évaluation des programmes au sein de l’administration publique congolaise. Dans une approche descriptive et exploratoire, l’étude relève les retombées positives de l’interface entre l’université (source de la recherche à impacts socioéconomiques) et la société congolaise et examine les forces, les faiblesses, les menaces et les opportunités de la pratique de l’évaluation des programmes et préconise son institutionnalisation.         

Lire la suite de la communication

MAHFOUZ Maya, MAHFOUZ  Yara (2023) ''L'enseignement supérieur francophone scientifique et la francophonie économique au service d'un pays en effondrement, le Liban''

Atelier 1 : “La Recherche et l'innovation à impacts''

Au sein des changements internationaux géopolitiques, technologiques, financiers et économiques, les institutions d’enseignement supérieur – notamment francophones et au Liban – confrontent un défi global, et nécessitent une adaptation aux transitions encourues. Le domaine de Recherche et Développement R&D s’avère essentiel à l’innovation technologique et au progrès économique. C’est déjà requis que le modèle traditionnel de « Triple Helix » d'interactions entre l'université, l'industrie et le gouvernement a joué jusqu’à présent un rôle majeur dans les innovations technologiques mondialement. Cependant, un nouveau modèle s’installe, le « Quadruple/Quintuple Helix Model » en mettant l’accent sur l’innovation sociale, nécessitant la collaboration entre plusieurs joueurs : les universités, les entreprises/industries, les organisations non-gouvernementales et communautés diverses, et les décideurs politiques. Il s’avère indispensable d’appliquer et renforcer ces modèles au Liban, tout en incluant les zones rurales et marginalisées, sur des projets relevant de l’alimentation et la sécurité alimentaire, la santé et les médicaments, et la technologie et l’intelligence artificielle.   

Lire la suite de la communication

MESSAN Adamah (2023) ''Un habitat en terre crue de meilleure qualité pour la population urbaine au Burkina-Faso''

 Atelier 1 : “La Recherche et l'innovation à impacts''

La qualité de l’habitat en terre crue peut être améliorée à différentes échelles. La présente étude agit sur le matériau et l’architecture. Elle cherche aussi à comprendre les logiques socio-économiques, voir écologiques, derrière l’acceptation de la terre crue dans un contexte socio-économique et climatique chaud et sec du Burkina Faso. En agissant sur le matériau, l’étude a permis d’améliorer les performances d’usage et la durabilité des briques en terre comprimée (BTCs), produites avec des matériaux argileux locaux mélangés avec des liants issus de valorisation des sous-produits agro-industriels.

Lire la suite de la communication


MUTEBA Eustache (2023) ''Intelligence économique de la santé pour un développement durable par le numérique''

Atelier 1 : “La Recherche et l'innovation à impacts''

La santé est au centre des défis de ce siècle tels que les Objectifs de Développement Durable (ODD) et aussi dans l'emprise des principes économiques. Il y a moins d'une décennie, la Banque Mondiale et l’Organisation Mondiale de la Santé affirment que la moitié au moins de la population de la planète n’a pas accès aux services de santé essentiels. La mise en place d'interventions des technologies numériques efficaces, durables et évolutives n’est pas impossible dans le contexte où la demande de soins non solvable est fortement majoritaire. La présente communication évoque l’intérêt d’un système médico-économique de la santé numérique qui met en regard les résultats attendus d’une intervention de santé avec les ressources consommées pour la produire. D’un autre côté, elle met en évidence le rôle essentiel que jouent les numériques dans la santé et sa contribution dans le développement durable. A ce niveau, notre contribution est la mise en œuvre d’un système en ligne pour la prise en charge de la drépanocytose qui est une pathologie mono génique la plus répandue dans le monde et spécifiquement en Afrique soumis à des faibles moyens financiers et d’accès difficile aux soins de santé.  

Lire la suite de la communication

NGUEGUIM Jules (2023) ''Recherche Scientifique et Innovation : Quelles perspectives pour le développement socioéconomique en Afrique centrale : Cas du Cameroun ? Une analyse par la bibliographie ''

Atelier 1 : “La Recherche et l'innovation à impacts''

Le Cameroun est classé parmi les pays pauvres et très endetté de la planète. Il a obtenu son indépendance en 1960 et a progressivement mis en place de nombreuses institutions dont un Ministère de la Recherche Scientifique et de l’innovation (MINRESI) qui compte cinq instituts avec la recherche comme mission permanente et un Ministère de l’Enseignement Supérieur (MINESUP) qui compte une dizaine d’universités d’Etat et plusieurs Universités privés pour la formation des cadres. Plus d’un demi-siècle est passé depuis la création de ces institutions et l’on note que la contribution réelle de la recherche à impacter le développement socioéconomique reste faible et résiduelle et demeure une préoccupation croissante aussi bien pour les décideurs que pour les bailleurs de fonds en dépit de l’augmentation du nombre d’institutions et des enseignants et chercheurs au cours des trois dernières décennies. La recherche reste confrontée à plusieurs facteurs limitant dont les plus importants sont d’ordre institutionnel, organisationnel, économique et même la difficulté de valoriser les savoirs et savoirs faire résultants de la science comme moteur de développement. La complexité de cette problématique multisectorielle emmène à repenser les fondements scientifiques de l’action et de la décision publiques pour faire de la science l’un des piliers du développement du Cameroun. 

Mots clés : Science, innovation, développement, Cameroun 

Lire la suite de la communication

NGO SAMNICK Emilienne Lionelle, ABUNDE NEBA Fabrice, SCHIETTECATTE Claire (2023) ''Le Sciencepreneuriat, une approche méthodologique de recherche inclusive orientée vers la prospérité économique"

Atelier 1 : “La Recherche et l'innovation à impacts''

Après plusieurs années, plus de 90 % des projets de recherche universitaire sont abandonnés. Ils finissent archivés dans des bibliothèques ou des revues tandis que les diplômés restent au chômage ou sous-payés sur le marché du travail. Ce chômage important est symptomatique d’une situation où des financements sont utilisés pour mener des recherches qui ne sont pas déployées pour créer de la valeur économique. Cet article présente un nouveau modèle d'éducation-à-l’emploi, le sciencepreneuriat, qui permet de réaliser une recherche qui soit à la fois scientifiquement novatrice et procure un impact commercial important. Expérimentée par le projet PEPITA de l’Université de Ngaoundéré, financé par le Projet de déploiement des technologies et innovations environnementales pour le développement durable et la réduction de la pauvreté (PDTIE), l’approche contribue à répondre au déficit de l’adéquation entre la formation et l’emploi des pays en développement. À partir d’une évaluation impressionnante des étudiants et des réussites observées, une approche optimale du modèle a été élaborée pour soutenir une recherche inclusive orientée vers la prospérité économique dans l’espace francophone.

Lire la suite de la communication

PETNGA NYAMEN Simon Pierre (2023) ''Enjeux scientifiques et socioéconomiques de la création des observatoires des villes africaines au sein des universités de la francophonie : leçons de l'implémentation locale de l'initiative Villes Ouvertes en Afrique (VOA) – Ngaoundéré (Cameroun)"

Atelier 1 : “La Recherche et l'innovation à impacts''

Lobjectif de cette communication est de partager lexpérience de limplémentation locale de linitiative Villes Ouvertes en Afrique (VOA) dans la ville de Ngaoundéré, qui a permis aux collectivités locales, à la société civile, au secteur privé et aux institutions universitaires de collaborer pour relever les défis de la résilience urbaine au XXIème siècle. En effet, Ngaoundéré subit des inondations récurrentes qui sintensifient à mesure que se poursuit sa prédation urbaine. Cette dernière se traduit par loccupation des secteurs hydromorphes et des versants des collines. Plusieurs acteurs ont donc mutualisé leurs efforts, pour recueillir, stocker et diffuser, à laide des outils numériques de pointe, les informations sur lexposition et la vulnérabilité des citadins. Les données ainsi générées permettent aux autorités locales de mieux planifier la croissance urbaine, lutilisation des terres, et les interventions en cas de catastrophes naturelles. Le succès de linitiative VOA à Ngaoundéré a inspiré lidée de création des observatoires des villes africaines au sein des universités de la francophonie, afin dy pérenniser lapproche méthodologique.

Lire la suite de la communication

RKAIN Hanan, DAKKA Taoufiq, ABOUDRAR Saadia, HAJJAJ-HASSOUNI Najia, LEKHE Brahim (2023) ''L’innovation digitale dans l’éducation à la santé auprès du grand public : Un levier prometteur pour le développement socio-économique dans l’espace de la Francophonie''

Atelier 1 : “La Recherche et l'innovation à impacts''

L’éducation à la santé est un axe principal dans l’offre des soins de santé. Les objectifs de cette éducation sont divers et percutants aussi bien à l’échelle de l’individu que de la société : prévenir les maladies, améliorer l’observance thérapeutique, diminuer le risque de survenue des complication des maladies chroniques et éviter l’escalade inutile dans les coûts de soins directs et indirects liés à la santé.La responsabilité sociétale des établissements de recherche et de formations pour les métiers de la santé engage inéluctablement l’éducation à la santé auprès du grand public.On assiste ces dernières décennies à une remontée en flèche de la place de la digitalisation, entre autres dans le secteur de la santé. Ainsi, les interventions de santé numérique sont de plus en plus adoptées à l'échelle mondiale pour résoudre divers problèmes de santé publique.

Dans une récente revue de la littérature sur les interventions de santé numérique, basée sur la conception d'essais contrôlés randomisés, El Benny et al ont identifié 131 interventions menées dans 26 pays différents entre 2001 et 2020. La plupart de ces interventions ont été menées dans des pays anglophones (61,8 %) et diffusées via le Web (51,9 %)

Lire la suite de la communication

RAMADAN Racha (2023) ''Combler l'écart entre les sexes dans la recherche et l'innovation pour parvenir au développement''

Atelier 1 : “La Recherche et l'innovation à impacts''

L'innovation et la recherche sont des conditions nécessaires pour la croissance économique et le développement. Les études et les métiers des Sciences, Technologies, Ingénierie et Mathématiques (STIM) sont considérés comme les moteurs de l'innovation, ce sont les métiers d'avenir. L’inégalité entre les femmes et les hommes représente un défi majeur au développement et la croissance dans les pays à faible revenu et revenu intermédiaire. Au niveau d’éducation, les études STIM, le secteur de la recherche et l'innovation sont dominés par les hommes. La littérature fournit des preuves solides que combler les inégalités des sexes dans la recherche améliore les résultats en matière de connaissances et de performances des entreprises, ce qui se traduirait par une croissance économique plus élevée. Cette communication vérifie l'hypothèse selon laquelle la réduction de l'écart entre les sexes dans la recherche et l’éducation STIM entraînerait une croissance économique et développement humain plus élevée dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire.   

Lire la suite de la communication

RAMANOELINA Vonifanja (2023) ''Valorisation de la recherche agricole et de l’innovation au développement socioéconomique à Madagascar''

Atelier 1 : “La Recherche et l'innovation à impacts''

Madagascar, cinquième plus grande île mondiale, a une économie axée sur l'agriculture. Le secteur primaire emploie environ 80% de la population active dans des activités agricoles variées (agriculture, pêche, élevage, forêt). La recherche agricole est cruciale pour le développement économique, mais les résultats sont peu mis en œuvre par les acteurs comme les producteurs et les petites entreprises. L’étude examine la valorisation de la recherche via des analyses qualitatives, identifiant des modèles d'innovation spécifiques pour divers utilisateurs (entreprises, agriculteurs). Les contraintes, notamment le manque de politiques de soutien, entravent les impacts. Les recommandations incluent des études socioéconomiques pour mieux comprendre les besoins des acteurs, un système de validation prenant en compte la pertinence pour le développement, une innovation basée sur la demande des utilisateurs, et des mécanismes incitatifs pour l'adoption à grande échelle. La diffusion des résultats implique les acteurs de la recherche, les décideurs et le public pour promouvoir la recherche et l'innovation pour le développement socioéconomique. 

Lire la suite de la communication

SAMB Mamadou (2023) ''Recherche-Innovation : enjeux et bonnes pratiques pour un développement socio-économique"

Atelier 1 : “La Recherche et l'innovation à impacts''

L'économie mondiale a vu le pouvoir financier passer de la finance à l'innovation en deux siècles. Aujourd'hui, plus de 60 % des grandes entreprises se concentrent sur l'économie de la connaissance. Au Sénégal, bien que les universités mènent des recherches dans divers domaines, le manque de financement, de collaboration entre les universités, le secteur privé, ainsi que l'absence d'une politique nationale cohérente, freine l'essor de l'innovation et la mise en valeur des résultats de la recherche. L'UN-CHK, grâce à son modèle pédagogique novateur, s'emploie à réduire cet écart en mettant en œuvre une stratégie visant à promouvoir la recherche et l'innovation pour soutenir le développement socio-économique. Cette stratégie comprend, d'une part, l'élaboration d'une feuille de route institutionnelle pour guider les activités de recherche innovation. Elle implique également la constitution d'équipes de recherche interdisciplinaires et la formation de groupes chargés de structurer des projets en vue d'obtenir des financements. D'autre part, cette initiative prévoit l'agrégation des compétences nationales au sein d'un consortium dans le but de créer des projets à fort impact. 

Lire la suite de la communication

SOUOMY Koui Maxime (2023) ''Pisciculture paysanne et développement local, cas de Bossou''

 Atelier 1 : “La Recherche et l'innovation à impacts''

En Guinée, depuis des années, les populations bénéficient de subventions et financements des projets de la part des Institutions Internationales, partenaires au développement comme : USAID, PNUD, PAM, FAO, FIDA, BM, etc. Ils financent des projets dans divers domaines pour accompagner l’Etat dans son programme de développement national. Il est reconnu que la base du développement harmonieux d’un pays passe par le secteur primaire constitué par l’agriculture, l’élevage, la pèche, l’artisanat, la foresterie, etc. Son développement impulse celui des autres secteurs. Mais nos observations montrent que, la plupart des projets agricoles, financés par certains partenaires, connaissent un engouement avec la présence des bailleurs de fonds sur le terrain, mais dès après leur retrait, certains projets s’arrêtent aussitôt ou sont abandonnés par les populations locales.

Lire la suite de la communication


Atelier 2 : Incubation entrepreneuriale

AGNORO Maliki , BOKOSSA Thiburce (2023) ''Incubateur UAC Startup Valley : un modèle d'incubation universitaire de référence à succès au Bénin"

Atelier 2 : “L'incubation entrepreneuriale : comment développer la création d'entreprises dans le milieu universitaire? ''

L'Université d'Abomey-Calavi a lancé en 2014 “UAC Startup Valley", le premier programme d'incubation d'entreprises du Bénin pour former des entrepreneurs en réponse aux besoins du marché du travail. Il offre un accompagnement holistique mettant l'accent sur l'innovation, l'apprentissage et la coopération. Le processus comprend quatre phases : recrutement (4 mois), préincubation (8 mois), incubation (24 mois) et post-incubation (12 mois). Les résultats sont remarquables, multipliant les chances des diplômés de devenir entrepreneurs (7,39 fois) et de trouver un emploi bien rémunéré (13,03 fois) dans les trois ans suivant le démarrage du programme. En sept ans, plus de 140 entreprises collectives ont été créées, générant plus de 1000 emplois cumulant un chiffre d'affaires annuel d'un milliard francs CFA. Reconnu par la Banque mondiale et l'Organisation internationale de la Francophonie comme innovant et atypique, cette initiative en cours de duplication dans d’autres universités publiques et privées d’Afrique, est un exemple de réussite en matière d'incubation d'entreprises en Afrique de l'Ouest. 

Lire la suite de la communication

AROUCH Moha, EL YOUSSOUFI Omar, TAOUAFI Ilham (2023) ''L'incubation entrepreneuriale dans l'université marocaine: bilan et perspectives"

Atelier 2 : “L'incubation entrepreneuriale : comment développer la création d'entreprises dans le milieu universitaire? ''

La prise de conscience par les pouvoirs publics marocains de l'importance de l'innovation pour intégrer le pays dans l'économie du savoir et assurer un haut niveau de compétitivité pour les entreprises nationales s'est traduite par un travail progressif depuis la fin des années 90. Ces efforts se sont manifestés par une politique favorisant le rapprochement de l'université au monde de l'entreprise, le développement de l'entrepreneuriat et de la valorisation des résultats de la recherche scientifique, et la promotion de la création d’entreprise innovante. Cependant, les efforts consentis à ce jour et les réalisations dans ce cadre n’ont pas permis à l’université marocaine de réaliser le maximum de son potentiel en matière d’innovation et de valorisation des résultats de la recherche scientifique. Dans cette communication, nous dressons un bilan des différents projets et programmes mis en place pour le développement de l’incubation entrepreneuriale dans les universités marocaines. Nous analysons, ensuite, les contraintes de mise en œuvre de ces programmes en proposant des recommandations. 

Lire la suite de la communication

BASSE Boubacar (2023) ''L'impact des proximités professionnelles sur la performance de l'entrepreneuriat technopolitain au titre de la lutte contre la pauvreté dans un contexte africain"

Atelier 2 : “L'incubation entrepreneuriale : comment développer la création d'entreprises dans le milieu universitaire? ''

Le but de ce papier est de montrer que les technopoles, au sens générique du terme, sont non seulement des sites aménagés et dédiés au développement de l’entrepreneuriat mais aussi  et surtout elles constituent des zones incitatives favorables à l’éclosion de projets innovants et créateurs de valeur ajoutée par le truchement de la fertilisation croisée entre le milieu académique et le monde économique. Se faisant, il s’articule autour de cinq thèmes axés sur l’impact des proximités professionnelles au sein de la  technopole sur la performance de l’entrepreneuriat, à savoir : le rôle incitatif du milieu à l’éclosion des projets appuyés par la technopole, (2) la fertilisation croisée entre les institutions d’enseignement et de recherche et les entreprises, (3) les opportunités de croissance externe par l’acquisition de filiales locales par des firmes multinationales, (4) le développement économique local par la structuration du territoire et (5) l’envergure internationale des entreprises technopolitaines liée à leur capacité de réseautage.

Lire la suite de la communication

BEN YAGHLANE Boutheina (2023) ''Vers un modèle d'incubation universitaire réussi"

Atelier 2 : “L'incubation entrepreneuriale : comment développer la création d'entreprises dans le milieu universitaire? ''

L'incubation universitaire a émergé comme un moteur clé de l'innovation et de la création d'entreprises dans les universités. Cependant, plusieurs obstacles entravent leur succès, notamment la nécessité de repenser ces modèles pour répondre aux besoins de l'industrie et de la communauté universitaire. Les universités doivent renforcer leur collaboration avec l'industrie, encourager la création d'entreprises et fournir des ressources et des formations en entrepreneuriat. En ce qui concerne les facteurs clés de succès, un modèle efficace d'incubation universitaire comprend une sélection rigoureuse des projets, un accompagnement personnalisé, un accès aux financements, un réseau de contacts, une infrastructure adaptée et une évaluation régulière. En Tunisie, trois exemples d'incubateurs universitaires sont présentés : Carthage Business Angels (CBA), Cogite Coworking Space et Enactus Tunisia. Chacun d'entre eux offre des services et des ressources différents pour soutenir les startups et les projets innovants. 

Lire la suite de la communication

CHAKROUN-WALFA Olfa, AYADI Houssem, OTHMANI Safa, AYADI Walid, HENTATI Nejmeddine, HAMMAMI Rania, BELHAJ Mohamed, ELLUCH Mohamed Habib (2023) ''L’incubation entrepreneuriale en médecine: une expérience collaborative qui ouvre les horizons vers l’innovation"

Atelier 2 : “L'incubation entrepreneuriale : comment développer la création d'entreprises dans le milieu universitaire? ''

Dans le milieu universitaire, l'incubation entrepreneuriale est un domaine en pleine expansion, car de nombreux étudiants ont des idées innovantes et souhaitent créer leur propre entreprise.Ces expériences sont très peu fréquentes en médecine. Même chez les plus habitués, les étudiants ont besoin d’être soutenus pour transformer leurs idées en réalité.  

Expérience : Nous présentons un exemple concret de projet d'incubation entrepreneuriale; le hackathon ‘Medhack’. Ce hackathon fut organisé par des étudiants en médecine et des étudiants de l’école d’ingénierie pour développer des solutions appliquées au domaine d'examens complémentaires en médecine. Ce hackathon fut organisé dans le but de trouver des solutions innovantes pour rationaliser les examens, les organiser ou basées sur l'intelligence artificielle. Le but ultime étant d’intégrer cet esprit d’innovation et de projets chez les étudiants en médecine.  

Ce hackathon a rassemblé des étudiants de différentes disciplines (externes, internes, résidents et futurs ingénieurs en plusieurs domaines), ce qui a permis de créer des équipes multidisciplinaires pour travailler sur les projets. Les équipes ont travaillé sur des projets différents, allant de la création d'un système de gestion des rendez-vous à l'utilisation de l'intelligence artificielle pour analyser les résultats des examens. Onze projets ont été présentés devant un jury composé d’experts en médecine, en ingénierie, et un incubateur. Cela a permis aux étudiants de comprendre les défis auxquels sont confrontées les entreprises dans le domaine de la santé et de discuter des opportunités pour les startups. Le hackathon a également permis de renforcer l'interaction entre les étudiants et les professionnels de l'industrie.  

Lire la suite de la communication

ETABA ONANA Richard Bertrand (2023) ''La formation entrepreneuriale dans les universités camerounaises : pratiques et perspectives"

Atelier 2 : “L'incubation entrepreneuriale : comment développer la création d'entreprises dans le milieu universitaire? ''

Depuis près d’une décennie, le discours politique à l’endroit du système éducatif camerounais encourage la professionnalisation des enseignements. Le Chef de l’État, dans son discours à la 49ème édition de la fête nationale de la Jeunesse, le 10 février 2015, faisait cette recommandation : « J’invite le gouvernement, à travers les structures mises en place, à poursuivre la formation professionnelle, la promotion de l’auto-emploi et le financement des microprojets. Je demande également aux chambres consulaires, aux organisations patronales, bref au secteur privé, de prendre leur part de responsabilité ». Huit ans après, le constat qui est fait est que, l’auto-emploi n’est pas encore dans la culture des Camerounais, et, les formations dispensées dans les universités camerounaises n’encouragent pas toujours la création d’entreprises. Dans cette communication, je me propose de montrer, à partir des résultats de l’initiative du programme de promotion de l’entreprenariat agropastoral des jeunes agriculteurs (PEA-Jeunes), préparée dans la perspective de donner aux jeunes hommes et femmes du Cameroun, les moyens d’accroître leurs revenus et d’améliorer leur sécurité alimentaire, à travers des entreprises rentables, bien gérées et intégrées dans les filières agropastorales porteuses et offrant des opportunités d’emplois viables en milieu rural, où,  durant la période allant de 2015 à 2023, 4 500 jeunes ont été incubés et près de 15 000 emplois créés, que, pour faire des universités camerounaises de véritables générateurs d’entreprises, leur système de formation gagnerait à s’appuyer sur le modèle développé par ledit programme et, si possible, l’adapter selon les secteurs d’activités porteurs.

Lire la suite de la communication

GUEYE Serigne Magueye, SENE KANE Pape Moussa, NDIAYE Sokhna Rosalie, KANE Cheikhou Akhmed, GAUTHIER Raphaële (2023) ''Les centres de recherche, d'innovation, de formation et d'entrepreneuriat (CRIFE) comme modèle de pôle d'innovation rassemblant acteurs de l'enseignement supérieur et du monde socio-économique"

Atelier 2 : “L'incubation entrepreneuriale : comment développer la création d'entreprises dans le milieu universitaire? ''

Le Campus franco-sénégalais (CFS) est un outil de coopération inter-universitaire entre la France et le Sénégal. Il ambitionne de former ceux qui, par la science et les technologies, transforment durablement l’économie et améliorent le bien-être des populations. Cette mission s’adosse sur un modèle académique qui promeut un continuum formation-recherche-innovation-entrepreneuriat. Ce travail a pour but de présenter le concept de centre de recherche, d’innovation, de formation et d’entrepreneuriat (CRIFE) qui est un dispositif d’innovation ouverte et collective mobilisant un écosystème tourné vers le développement des solutions pratiques. Il se décline comme une plateforme rassemblant étudiants, entreprises et partenaires scientifiques ; dédiée à la transformation structurelle de l’économie sénégalaise par l’innovation. Le CRIFE, de par sa configuration, constitue un moyen pour mobiliser les institutions universitaires et le monde économique dans l’optique d’une compétitivité accrue des filières de l’économie.

Lire la suite de la communication

HADJITCHONEVA Juliana, TSAFACK NANFOSSO Roger (2023) ''L'incubation entrepreneuriale au sein de l'université entrepreneuriale : études de cas en Europe et en Afrique"

Atelier 2 : “L'incubation entrepreneuriale : comment développer la création d'entreprises dans le milieu universitaire? ''

En tant que phénomène dynamique, la connaissance en général et l'enseignement entrepreneurial en particulier sont en constante évolution, surtout en cette période de révolution entrepreneuriale et d’intensité d’innovations. La nouvelle mission de l'université, la « troisième mission » et celle de l’université entrepreneuriale, se concentre désormais sur la responsabilité qu'elle a de contribuer au bien-être social et économique de la communauté à laquelle elle appartient. Nous examinons dans cet article deux modèles – européen et africain – d'activités entrepreneuriales universitaires et d’initiatives d'incubation d'entreprises en aboutissant aux effets généraux et concrets de ces ingénieries académiques. Les résultats montrent des approches organisationnelles diverses dans des contextes également différents relevant des effets plus au moins concrets sur la société. Nous utilisons une méthode qualitative et exploratoire dans le but d’accroître et de diversifier les modèles de développement de l'éducation à l'entrepreneuriat, des universités et de leurs écosystèmes, et de contribuer à magnifier la collaboration interinstitutionnelle, multiculturelle et intercontinentale. 

Lire la suite de la communication

KAMENI NGOUNOU Michel Bernard, NSOE Jean-Jacques (2023) ''Application industrielle des matériaux biosucrés dans la potabilisation des eaux"

Atelier 2 : “L'incubation entrepreneuriale : comment développer la création d'entreprises dans le milieu universitaire? ''

Lire la suite de la communication

KITEGI Mawunyo Simo Pierre (2023) '' Tony Elumelu Foundation (TEF), un modèle d'entrepreneuriat pour inspirer les universités africaines"

Atelier 2 : “L'incubation entrepreneuriale : comment développer la création d'entreprises dans le milieu universitaire?''

L'entrepreneuriat joue un rôle crucial dans le développement économique et social, mais de nombreux jeunes étudiants rencontrent des défis tels que le manque d'expérience et de financement pour concrétiser leurs idées entrepreneuriales. En réponse à cela, le programme TEF CONNECT a été lancé en 2015 en Afrique, avec pour objectif de former des milliers de jeunes entrepreneurs et de leur fournir un capital de départ de 5 000 dollars. Ce programme, dirigé par la Fondation Tony Elumelu, repose sur sept piliers, notamment un toolkit en ligne, un mentorat, une bibliothèque de ressources, des rencontres locales, un forum entrepreneurial, un capital d'amorçage et un réseau d'anciens élèves. L'unicité de ce programme réside dans son leadership entrepreneurial, son utilisation du e-learning, sa formation pratique, son capital d'amorçage, son histoire inspirante et son processus de sélection inclusif. Une étude récente montre que le programme a eu un impact significatif, avec une augmentation de la confiance en leadership, la création d'emplois et une croissance spectaculaire des entreprises soutenues par le TEF. 

Lire la suite de la communication

GOUBARD Fabrice (2023) ''Les formations interdisciplinaires : une solution aux métiers de demain"

Atelier 3 :"La Formation professionnalisante''

Dans un monde en constante évolution, la formation à l’université doit évoluer en fonction des nouveaux paramètres comme notamment les profils des étudiants plus adaptés à une pédagogie active , l’intégration des enjeux de transition écologiques et sociétales et une recherche de plus en plus appliquée. Pourtant, l’étudiant doit construire son parcours professionnel en fonction de la diversité de l’offre de formations proposée et éventuellement des passerelles de réorientation offertes tout le long de son cycle universitaire. En complément des formations disciplinaires ou professionnelles émergent de plus en plus les formations interdisciplinaires : elles ont l’avantage d’apporter au-delà d’une discipline considérée, un enrichissement de connaissances grâce à l’appui d’une ou plusieurs disciplines connexes. Le croisement fertile des approches, des démarches et des résultats scientifiques de chaque discipline permet à l’étudiant une compréhension systémique du sujet étudié. L’intégration initiale des problématiques des autres disciplines permet à l’étudiant d’avoir dès le début de son étude, une distance critique bien plus pertinente que celle provenant d’une discipline unique. Les formations interdisciplinaires procurent les outils et compétences permettant aux étudiants d’évoluer dans un contexte complexe et de développer leur capacité à innover pour en faire des citoyens éclairés de demain. 

Lire la suite de la communication

LARABA Mohamed El Habib (2023) ''Quand l'Intelligence Artificielle Explicable s'invite dans l'incubation Entrepreneuriale ou la perspective de création Intelligente d'incubateurs universitaires"  

Atelier 2 : “L'incubation entrepreneuriale : comment développer la création d'entreprises dans le milieu universitaire?''

La création d'entreprises, dont les acteurs principaux sont des entrepreneurs le plus souvent inconnus au départ, constitue un des moteurs majeurs de l'innovation, et est une composante majeure d'une politique de création de richesses et d'emplois viables d'un pays. Il est alors apparu, depuis des années, indispensable d’appuyer les nouvelles entreprises, naturellement fragilisées face aux concurrents déjà établis, en les dotant de ressources spécialisées à même de les accompagner et les assister avant leur création ou dans les premières années de leur vie (hébergement immobilier souple, services administratifs, actions de conseils et de mise en relation avec les réseaux financiers particulièrement). Les incubateurs universitaires en sont une illustration. En effet, les universités et grandes écoles étant des lieux de savoir et de réflexions où naissent des idées et des projets qui ont tout le potentiel d'être transformés en de véritables projets d'entreprises, l’accueil de leurs porteurs, leur assistance et leur accompagnement sont à même de leur faire passer le cap de simple projets académiques et transformer les laboratoires de recherche fondamentale en de réels générateurs de profits compétitifs. L’intelligence artificielle explicable cette technologie révolutionnaire qui, comme d’autres technologies émergentes, transforme déjà de nombreux secteurs d’activité de notre vie de tous les jours est en mesure d’accompagner les équipes de startups et les jeunes entreprises sur le chemin de la croissance et du succès. Elle peut transformer le processus de création d'entreprises, en permettant aux jeunes entrepreneurs incubés d'innover et de créer « intelligemment » des entreprises plus efficaces et compétitives sur le marché, en automatisant les processus, en améliorant la prise de décision et en optimisant la gestion des ressources, d’une manière expliquée, compréhensible et convaincante, éthique et digne de confiance. Nous explorons dans notre présente contribution le concept d'incubation entrepreneuriale à l’heure de l'Intelligence Artificielle Explicable, et comment elle peut améliorer le processus d’incubation entrepreneuriale. 

Lire la suite de la communication

NABOULTANE Fatma Mehiri, (2023) ''Apport de la méthodologie scientifique à la formation entrepreneuriale : étude de cas d'une start-up tunisienne"

Atelier 2 : “L'incubation entrepreneuriale : comment développer la création d'entreprises dans le milieu universitaire?''

L'entrepreneuriat est de plus en plus considéré comme une troisième voie pour les pays émergeants comme la Tunisie car il vient absorber la demande d’emploi non satisfaite par le secteur public et le secteur privé des petites, moyennes et grandes entreprises. On peut clairement constater une volonté nationale de tous les acteurs, institutions publiques, Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la recherche scientifique, structures d’accompagnement, universités, etc… pour promouvoir l’entrepreneuriat et l’innovation, perçus comme un levier considérable à la création d’emplois d’une part, et comme un impératif pour la croissance d’une économie donnée. La révolution digitale pousse les économies à plus d’agilité et de collaboration entre structures classiques (publiques et privées) et startups innovantes. 

De plus, une start-up emploie 8 personnes en moyenne (selon le rapport du StartupAct publié fin 2022), ce qui représente un secteur d’employabilité intéressant à développer.  En Tunisie, en 2020 on compte 401 start-up labellisées, parmi celles-ci 247 ont généré 72MTND de chiffre d’affaires et 44 startups ont levé 23,2 Millions de Dinars. Ce chiffre passe à 727 startups labellisées en 2022, à savoir une augmentation de 80% en deux ans malgré la pandémie et les crises qu’a connu la région et le monde d’une

Lire la suite de la communication

NGAMOUNTSIKA Edouard (2023) ''L’incubation entrepreneuriale à l’université Marien Ngouabi de Brazzaville : État des lieux et perspectives

Atelier 2 : “L'incubation entrepreneuriale : comment développer la création d'entreprises dans le milieu universitaire?''

L’incubation entrepreneuriale est un nouveau mot dans l’écosystème de l’université Marien Ngouabi (UMNG). En réalité, la culture congolaise a une préférence pour le fonctionnariat due à l’influence des années de communisme. Parler de la création d’entreprise consiste à faire un état des lieux sur la question. Pour l’UMNG, il est nécessaire de mettre en place un environnement de pôle de préincubation entrepreneuriale (PPE) pour accompagner les étudiants porteurs de projets. Premièrement, il sera question d’espaces de travail, d’une équipe permanente, d’organiser des formations et en renforcement de capacités sur l’accompagnement des projets entrepreneuriaux, un accompagnement pour la mise en place d’un système de mentorat au profit des étudiants. Deuxièmement, il mobilisera des équipes administratives et des enseignants sur des thématiques de l’entrepreneuriat étudiant ; de l’organisation des comités de sélection, du renforcement des offres de formations sur la culture entrepreneuriale, de la culture d’investissement et d’inclusion financière et enfin des actions de sensibilisation à l’entrepreneuriat. Après avoir montré les avantages du PPE, nous examinerons comment celui deviendra la plate tournante de l’incubation au sein de l’UMNG. 

Lire la suite de la communication

NGUETIGAL Ronelyam (2023) ''De l'idée à l'entreprise, l'incubation entrepreneuriale en milieu universitaire"

Atelier 2 : “L'incubation entrepreneuriale : comment développer la création d'entreprises dans le milieu universitaire?''

L’entrepreneuriat est aujourd’hui considéré comme une source de création d’emploi, de richesse et de valeurs. Un incubateur entrepreneurial en milieu universitaire est un programme qui soutient et accompagne les étudiants et les jeunes entrepreneurs dans le développement de leurs projets d'entreprise. Il offre des ressources telles que des espaces de travail, du mentorat, des formations et des opportunités de réseautage pour favoriser la création et la croissance de start-ups. Ces incubateurs visent à encourager l'innovation et l'entrepreneuriat au sein de la communauté étudiante, en fournissant un environnement propice à l'émergence d'idées et à leur concrétisation. Au Tchad, le taux de chômage est en hausse et beaucoup des étudiants en fin d’étude se retrouvent sans emploi alors que la fonction publique n’est pas prête à les accueillir ; pour remédier à ce problème majeur, nous avons eu l’idée d’inculquer la notion de l’entrepreneuriat aux étudiants dès la première année du cursus universitaire à travers l’incubation. 

Notre projet consiste à la création d’un programme spécial d’entrepreneuriat pour les étudiants estimés à plus de 300, à travers l’incubateur Eclair qui offrirala possibilité de desservir un segment négligé de la communauté étudiante en préparant ses membres pour des carrières spécialisées dans le e-commerce, l’innovation technologique, artisanale et agri-tech. Eclair offrira plusieurs avantages aux étudiants pour les aider à mieux comprendre le concept et créer leurs entreprises: 

Lire la suite de la communication

NIANG Omar Aïdara (2023) ''Le rôle des entreprises privées et du capital-risque dans l’écosystème entrepreneurial en université : Cas BANTARA “

Atelier 2 : “L'incubation entrepreneuriale : comment développer la création d'entreprises dans le milieu universitaire?''

L’université est un lieu de formation pour les futurs entrepreneurs et innovateurs. Les entreprises privées et le capital-risque jouent un rôle crucial dans cet écosystème entrepreneurial en permettant aux étudiants de concrétiser leurs idées et de créer des entreprises prospères. Dans cet article, nous explorerons le rôle des entreprises privées et du capital-risque dans l’écosystème entrepreneurial en université. Les entreprises privées ont souvent des ressources importantes, telles que des connaissances, des capitaux et des réseaux, qui peuvent aider les étudiants à concrétiser leurs idées et à transformer leurs projets en entreprises prospères. Les entreprises privées peuvent également offrir des stages et des programmes de mentorat aux étudiants pour les aider à acquérir les compétences nécessaires pour réussir en affaires. Les entreprises peuvent également soutenir les projets de recherche et les initiatives de développement de produits en finançant des laboratoires universitaires et en fournissant des équipements et des technologies de pointe. Je peux donner mon cas : je suis un jeune étudiant-entrepreneur de 23 ans à l’école supérieure polytechnique de l’UCAD et j’ai créé ma start-up BANTARA qui fait la transformation du manioc en farine de haute qualité pour les personnes intolérantes au gluten, les végans, les boulangeries de quartier, les ménages etc. Le projet est incubé par l’entreprise EUROGERM-Sénégal

Lire la suite de la communication

NDJEMASSI Lydie Christelle, DEMANOU Patrick (2023) ''Les difficultés liées à l'incubateur de projet d'entreprise des étudiants au Cameroun"

Atelier 2 : “L'incubation entrepreneuriale : comment développer la création d'entreprises dans le milieu universitaire?''

Au Cameroun, le décret n° 2020/0301/PM du premier ministre chef du Gouvernement portant sur les modalités d'accomplissement des missions des structures d'incubation des petites et moyennes entreprises a été rendu public le 22 janvier 2020.  Ces structures de formation à l'entrepreneuriat jouent un rôle crutial dans le développement de l'entrepreneuriat au Cameroun et sont essentielles pour soutenir la croissance économique et la création d'emplois. C'est dans cette optique que les premiers incubateurs camerounais ont reçue leur agrément en novembre 2021 signé par le Ministre des Petites et Moyennes entreprises et de l'économie sociale et de l'artisanat (Le MINPMESA). Dans cette même lancée, en vue de faciliter l'insertion professionnelle des jeunes étudiants, plusieurs incubateurs hébergés au sein des universités et de grandes écoles ont vu le jour au Cameroun. Le constat qui est fait est le suivant : malgré la multiplication de ces structures d'accompagnement à l'entrepreneuriat au sein des établissements au Cameroun, les projets ou idées d'entreprises portées par ces jeunes étudiants ne parviennent que très peu à maturité d'où le problème majeur de l'impact des incubateurs estudiantins au Cameroun. La question qui se propose de répondre à cet article est celle autour des difficultés que rencontrent les incubateurs que l'on retrouve au sein des universités publiques et privées au Cameroun. Ce travail s'inscrit dans le cadre d'une analyse qualitative qui nous a permis d'entretenir 07 Directeurs d'incubateur de projet estudiantin et 04 étudiants entrepreneurs. Au terme de ces entretiens, l'on retient les résultats suivants : les incubateurs estudiantins au Cameroun font face à plusieurs difficultés, notamment le manque de financement, de ressources humaines qualifiées, de temps et de réseau. Pour améliorer l'efficacité de ces incubateurs, il est essentiel de trouver des solutions pour surmonter ces obstacles. Cela pourrait inclure l'augmentation du financement disponible pour les incubateurs, le recrutement de personnel qualifié en entrepreneuriat, l'ajustement des programmes scolaires pour permettre aux étudiants de se concentrer sur leur projet, et la création de partenariats et de réseaux solides pour aider les jeunes entrepreneurs à développer leurs entreprises. 

 Lire la suite de la communication

RAISSOUNI Mehdia (2023) ''La création d’une dynamique entrepreneuriale féminine en milieu universitaire. Cas de l’incubateur de l’AFEM à l’Université Abdelmalik Essaadi Maroc

Atelier 2 : “L'incubation entrepreneuriale : comment développer la création d'entreprises dans le milieu universitaire?''

L'enseignement supérieur au Maroc a fait l'objet de débats au cours de ces dernières vingtaines années. Plusieurs programmes issus d’acteur civique et professionnels ont été élaboré, des forums nationaux et internationaux ont été organisé, pour but la mise en œuvre des stratégies centrées et intégrés sur l'apprentissage entrepreneurial chez l’étudiant. Ainsi, et dans ce sens, plusieurs universités marocaines travaillent en consortium avec leurs homologues étrangers, en vue d’inculquer le changement et encourager les activités para-universitaires afin de créer une dynamique interne en symbiose avec l’environnement socioéconomique. La dynamique entrepreneuriale est une composante essentielle de la capacité d’une nation à réussir dans un marché mondial de plus en plus concurrentiel. Cet esprit entrepreneurial, se caractérise par la capacité d’innovation, la prise de risque et l’adaptation continuelle au changement de l’environnement interne et externe. Dans le même ordre d’idées, et dans le cadre des efforts et des stratégies déployées pour stimuler la création de l’emploi pour les jeunes, et surtout les femmes, l’esprit d’entreprise est de plus en plus considéré comme un moyen important pour l’insertion de ces jeunes dans le tissu socioéconomique. 

Lire la suite de la communication

Atelier 3 : La formation professionnalisante

AGBENO Yao (2023) ''Analyse des déterminants de l'accès à l'emploi des jeunes diplômés de l’enseignement supérieur de la Guinée"

Atelier 3 : “La formation professionnalisante : Comment développer la délicate triple adéquation : formation-emplois-défis socioéconomiques ?"

Le but de cet article est de déterminer les facteurs explicatifs de l’accès à l’emploi des jeunes diplômés de l’enseignement supérieur guinéen.  A partir d’une régression logistique binaire sur 687 diplômés de l’enseignement supérieur des promotions 2020 et 2021, il ressort des résultats obtenus que l’accompagnement des diplômés par leur institution de formation, la formation professionnelle complémentaire après les études, l’inadéquation entre la formation proposée par les structures de formation et le marché de l’emploi, l’âge et le sexe des diplômés ainsi que leur situation matrimoniale impactent significativement l’état des diplômés. Pour favoriser l’insertion des jeunes diplômés, les institutions d’enseignement supérieur guinéen doivent mettre en place non seulement une stratégie basée sur la révision générale des programmes de formation orientée vers les besoins réels des entreprises mais aussi un observatoire d’insertion des diplômés dont l’objectif est d’accompagner les jeunes diplômés depuis l’obtention de leur diplôme jusqu’à leur insertion professionnelle.

 

Lire la suite de la communication

ANDRIANANTOANDRO Voahirana, RAZANAVONJY Mathilde, SAIDAH Attoumani, ZAKARIASY Lova (2023) ''Enjeux et perspectives de la formation en alternance à Madagascar : Cas de l'Institut Supérieur de Technologie d'Antsiranana" 

Atelier 3 : “La formation professionnalisante : Comment développer la délicate triple adéquation : formation-emplois-défis socioéconomiques ?"

Le processus de mise en place des formations en alternance à l’Institut Supérieur de Technologie d’Antsiranana a engrangé des succès, des embûches, ainsi que des questionnements quant à sa pérennité. Même si les approches dans les processus de construction de deux formations sont différentes, force est de constater que la même problématique apparait dès qu’on se penche sur l’implémentation durable de l’alternance travail-études (ATE) à Madagascar. Il est ainsi question de développer des stratégies pour institutionnaliser dans un contexte socio-économique vulnérable la relation des établissements universitaires avec le milieu professionnel. La présente communication apporte des éléments de réponses sur les facteurs déterminants pour le développement de la synergie université-entreprise dans le but de mettre en œuvre durablement la formation en alternance. Elle a comme objectifs de cerner les facteurs-clés de réussite et d’apporter des recommandations pour l’institutionnalisation de la formation en alternance à Madagascar.  

Lire la suite de la communication

BATIONO Jean-Claude, NEBIÉ Boubié Valentin (2023) ''Formation professionnalisante et besoins socioéconomiques : stratégies de développement et de gestion des relations universitésentreprise 

Atelier 3 : “La formation professionnalisante : Comment développer la délicate triple adéquation : formation-emplois-défis socioéconomiques ?"

La formation professionnalisante demeure pertinente dans un contexte où les exigences des entreprises en terme de compétences sont de plus en plus accrues au regard des défis immenses auxquels celles-ci seraient confrontées. Son implémentation nécessite une interaction entre l’université et les acteurs du milieu professionnel. La collaboration est non seulement indispensable dans l’orientation à donner à la formation mais aussi et surtout dans sa mise en œuvre de sorte à répondre au mieux aux attentes des acteurs et aux besoins de l’économie. La présente communication décrit l’expérience de l’Université Norbert Zongo en matière de gestion de la relation université-entreprises. Elle s’appuie sur des résultats d’entrevues semi-dirigées réalisées auprès d’autorités de l’Université Norbert Zongo et de chefs d’entreprises dans le secteur du tourisme et de l’hôtellerie dans les villes de Ouagadougou et de Koudougou au Burkina Faso. Une réflexion est faite pour des pistes permettant de parvenir à une gestion efficace et durable des partenariats université-entreprises.

Lire la suite de la communication

BETCHOO Nirmal Kumar (2023)''L’Université des Mascareignes au centre de la triple adéquation formation-emploi-défis socioéconomique 

Atelier 3 : “La formation professionnalisante : Comment développer la délicate triple adéquation : formation-emplois-défis socioéconomiques ?"

Comment une institution tertiaire publique puisse-t-elle répondre à la triple adéquation formation-emploi-défis socioéconomiques ? Telle est la question que ce papier tente de répondre par rapport à ce dilemme qui touche toute institution tertiaire dont l’Université des Mascareignes (UdM) fait partie.  Dans un contexte socioéconomique qui a changé par rapport à la pandémie du COVID-19, des actions sont entreprises pour apporter des solutions immédiates et durables à cet enjeu majeur. Dans cette recherche, certaines actions intéressantes ont été développées. Dans un premier temps, afin de répondre au besoin de l’employabilité des diplômés, les cours offerts doivent désormais se conformer à une évaluation de qualité tout en développant en parallèle des programmes sous forme hybride pour répondre aux besoins des étudiants qui travaillent à plein temps. Egalement, l’UdM doit renouer ses liens avec l’industrie pour voir où la demande se trouve en termes d’emploi prometteurs et collaborer pour la mise en place des formations qui sont pratiques pour les étudiants. Pour s’aligner aux nouveaux besoins de la formation, des cours en soft skills–communication–sont offerts au même titre que des cours en responsabilité sociale. En ce qui concerne la collaboration pour le développement de contenus de formation, des comités d’apprentissage parmi le corps enseignant ont permis de faire de plus amples travaux sur la modernisation des maquettes des cours et de leur contenu. Finalement, les stages en entreprise, échelonnés sur trois mois, remettent en valeur les besoins d’accompagnement de l’étudiant à la recherche d’un emploi et d’un perfectionnement. Bien que toutes ces actions soient pour le moment une stratégie qui vise à placer l’UdM dans le dilemme de ta tripe adéquation formation-emploi-défis socioéconomiques, ceci n’explique pas pour autant que tout reste réussi dans un monde où tout changement intervient sans trop se faire attendre. 

Lire la suite de la communication

CORGELAS Audyl (2023)''Les approches pédagogiques favorisant l'adéquation compétences-métiers des jeunes diplômés en Haïti : Cultures innovantes et pratiques prospectives"

Atelier 3 : “La formation professionnalisante : Comment développer la délicate triple adéquation : formation-emplois-défis socioéconomiques ?"

Cette étude aborde les articulations entre les approches pédagogiques, l’adéquation compétences-métiers et l’insertion professionnelle. Les recherches montrent que les objectifs professionnels des jeunes étaient foncièrement hétérogènes. Cela peut être expliqué par l’influence de nombreux facteurs comme leur spécialité, leur emploi, la stabilité professionnelle, le salaire perçu et la dimension instrumentale du travail. Nous avons privilégié une approche qualitative axée sur des entretiens semi-directifs et un questionnaire administré auprès des étudiants finissants, jeunes diplômés haïtiens et acteurs socio-économiques. Les conclusions montrent que les jeunes sont contraints d’exercer un métier qui ne correspond pas à leurs attentes professionnelles. Car, il y a des écarts entre les contenus enseignés et les pratiques professionnelles, le profil de qualifications du poste qu’ils occupent et leur spécialité ainsi que des disparités entre le revenu perçu et les coûts de formation. Pour y remédier, nous proposons de prioriser des méthodes pédagogiques actives comme l’apprentissage par problème, la pédagogie par projet, l’engagement pragmatique et réflexif. 

Lire la suite de la communication

CYR Hugo (2023)''Le modèle ENAP de l'université-conseil – ou comment être fidèle aux idéaux du modèle humboldtien d'université tout en répondant aux besoins d'innovations pratiques et de formations professionnalisantes

Atelier 3 : “La formation professionnalisante : Comment développer la délicate triple adéquation : formation-emplois-défis socioéconomiques ?"

L'ENAP, une institution d'enseignement supérieur, a adopté un modèle hybride “université-conseil" pour concilier les idéaux de la liberté universitaire et les besoins d’innovations pratiques et de formation professionnelle au sein des administrations publiques. Cette présentation explore l'histoire de l'autonomie universitaire et les pressions pour des retombées concrètes. Il présente le modèle humboldtien du 19e siècle et son affaiblissement au 20e siècle en raison de la massification de l'enseignement supérieur et de la formation professionnalisante offerte par des institutions concurrentes. Au moment de sa création, l'ENAP a choisi un modèle hybride pour garantir à la fois un enseignement de cycles supérieurs et de la recherche universitaire libre en matière d’administration publique, et des services de formation continue et de conseil stratégique aux organismes publics. La présentation explique le modèle déployé, ses avantages et ses défis.  Université – Liberté académique – Financement – Formation professionnalisante – ENAP – Modèle d’université-conseil  

Lire la suite de la communication

DO Quynh-Huong (2023)''Professionnaliser une formation aux métiers du tourisme à l’université : la collaboration avec les entreprises comme la clé du succès

Atelier 3 : “La formation professionnalisante : Comment développer la délicate triple adéquation : formation-emplois-défis socioéconomiques ?"

Cet article rapporte la collaboration avec les entreprises du voyage à toutes les étapes de la professionnalisation d’une licence de français, de la conception du programme et des syllabus, en passant par l’enseignement des cours spécifiques, les stages, les ateliers d’orientation et de formation aux compétences professionnels. Les acteurs économiques sont alors présents aux trois dimensions les plus importantes de la professionnalisation du dispositif : la professionnalisation de l’activité, la professionnalisation des savoirs et la professionnalisation des personnes exerçant l’activité. Ainsi, les « hommes du métier » épaulent les enseignants dans l’accumulation et la transmission des savoirs et savoir-faire professionnels, apportent leurs expériences pratiques en classe, accompagnent les étudiants dès l’orientation professionnelle jusqu’aux stages, les aidant ainsi à créer leur identité professionnelle. La collaboration université – entreprise prend des formes différentes et rentre dans des projets multilatéraux, mobilisant efficacement plusieurs acteurs des mondes universitaires, francophone et professionnel.

Lire la suite de la communication

FRAJ Olfa, DJAZIRI-LARBI Sonia, BEN AZOUZ Zouhour (2023)''TICV : un master recherche orienté recherche, développement et innovation avec un double défi : employabilité des diplômés et développement durable de l'entreprise tunisienne"

Atelier 3 : “La formation professionnalisante : Comment développer la délicate triple adéquation : formation-emplois-défis socioéconomiques ?"

Le projet PAQ TICV-UTICA a pour objectif de consolider la pertinence et la qualité d’un Master recherche créé en 2006 par l’Ecole Nationale d’Ingénieurs de Tunis (ENIT) et co-diplômé avec un Master français pour le transformer en un Master recherche transdisciplinaire co-construit, tourné vers l’entreprise.

L’objectif est de fixer les talents en Tunisie par la création d’atouts permettant d’implanter de manière pérenne une activité RDI, dans les entreprises économiques tunisiennes.

La pérennité visée est la mise en relation solide et confiante entre le laboratoire recherche de l’ENIT -porteur du projet- et l’Union Tunisienne de l’Industrie du Commerce et de l’Artisanat (UTICA) grâce au processus de co-construction. Un double objectif : 1) développement de la capacité des étudiants et des enseignants-chercheurs à appréhender les problématiques industrielles, selon des référentiels de formation et de certification élaborés dans le projet 2) accompagnement des entreprises à la mise en place d’unités de RDI. Grâce à l’innovation, ce projet devient créateur d’emplois attractifs pour les jeunes et créateur d’impact de la croissance économique.

Lire la suite de la communication

KHANCHEL Imen (2023)''Le statut chercheur-intervenant permet-il de développer l'adéquation entre la formation emplois-défis socioéconomiques?"

Atelier 3 : “La formation professionnalisante : Comment développer la délicate triple adéquation : formation-emplois-défis socioéconomiques ?"

Les mondes universitaires et socio-économique sont souvent considérés comme deux mondes distincts. Ces dernières années, les sociologues, les économistes et les gestionnaires se sont intéressés aux rapports entre l’enseignement supérieur et le monde économique. Ils les ont récemment appréhendés au prisme des questions d’employabilité et d’insertion professionnelle des diplômés. La centralité de cette thématique, dans les travaux scientifiques dissimule toutefois la complexité de ces questions. Celles-ci ne s’articulent pas uniquement autour d’un transfert de diplômés vers l’emploi et des conditions de sa réalisation mais aussi autour d’enjeux aussi variés que l’intensification du dialogue entre le monde académique et les milieux économiques (telles que la participation du secteur privé au financement de l’enseignement supérieur, l’intervention de professionnels dans l’enseignement, la valorisation économique de la recherche, l’importation de méthodes de gestion du secteur privé…), l’adéquation entre la formation initiale offerte par les universités et les besoins socio-économiques, le développement de la culture entrepreneuriale. Ainsi un meilleur rapprochement est nécessaire entre l’université et son environnement socio-économique.  

Lire la suite de la communication

MAHFOUZ Yara, MAHFOUZ Maya (2023)''Stratégies permettant aux institutions académiques francophones de réduire l’écart des jeunes diplômés avec le monde professionnel

Atelier 3 : “La formation professionnalisante : Comment développer la délicate triple adéquation : formation-emplois-défis socioéconomiques ?"

Un bon nombre de jeunes diplômés rejoignent le monde de travail sans trouver un emploi ou bien en rencontrant un grand écart entre les compétences acquises dans le contexte académique et celles requises dans le monde professionnel. La formation professionnalisante est en partie mise en cause. Quelques stratégies pourraient aider à réduire cet écart. D’abord, une étude quasi annuelle devrait être effectuée sur les métiers du marché. Ensuite, les thèmes des projets effectués au sein de chaque discipline devraient être similaires aux problèmes actuels étudiés dans le monde professionnel, par des coopérations et des applications pratiques commercialisées entre le monde industriel et académique. Une autre stratégie serait des stages ou internats professionnels incorporés obligatoirement dans les cursus. L’apprentissage continu et le développement des compétences personnelles seraient aussi importants surtout au sein de l’ère de l’intelligence artificielle. Enfin, des mesures pratiques pourraient mieux lier les diplômés pour trouver des emplois lorsque les offres ne sont pas partagées clairement. En conclusion, l’esprit de collaboration est essentiel pour rendre ces tâches plus faciles. 

Lire la suite de la communication

MASAMUNA SILUMVUMINA Arlette (2023)''Pour une formation professionnalisante en filière de Journalisme. Expériences de l'Université Pédagogique Nationale en RDC"

Atelier 3 : “La formation professionnalisante : Comment développer la délicate triple adéquation : formation-emplois-défis socioéconomiques ?"

Le nouvel élan  pris  dans le secteur  de l’Enseignement Supérieur  en RDC  par l’officialisation  du système LMD par les autorités compétentes  depuis la tenue des Etats généraux  dans ce secteur, en septembre 2021, nous inscrit dans la dynamique  de rénover  nos manières   d’enseignements dans la filière  de Journalisme en alliant théorie et pratique.Pour ce  faire, des initiatives ont été prises pour  d’une part, pour miser absolument les équipes de travail de pratique des étudiants  et   pour assurer leur immersion  dans les activités organisées par leurs aînés dans la profession. Les pratiques  d’immersion, notamment, le débat radiophonique  et le monitorage des médias, activités de l’ACOFEPE  ont suscité un grand intérêt  pour nos étudiants  dans les    renforcements leurs  capacités et  pour la plus-value  rémunératrice  dans un contexte où les jobs  pour étudiants ne sont pas organisés.Enfin, nous plaidons pour la consolidation de ces acquis  sur le plan institutionnel et structurel  pour  la mise en œuvre  du projet «  Journal école » et des recyclages pour les enseignants dans le domaine du numérique surtout qui conditionnent  beaucoup   la formation d’aujourd’hui.  

Lire la suite de la communication

MERHEJ SAYEGH May, ROUHANA Rima (2023)''L'Intelligence Artificielle au service de la réussite d’une transition « formation-emploi » pour les jeunes universitaires entrepreneurs : La mission novatrice de la Faculté de Gestion FGM-USJ au Liban

Atelier 3 : “La formation professionnalisante : Comment développer la délicate triple adéquation : formation-emplois-défis socioéconomiques ?"

Dans un contexte de crise économique, financière et sociale et un pourcentage élevé du chômage avec ses conséquences préoccupantes sur les jeunes étudiants, l'entrepreneuriat (ENT) apparaît comme une solution potentielle pour lutter contre la pauvreté et offrir de nouvelles opportunités. Cependant, de nombreux jeunes entrepreneurs font face à des défis et des obstacles qui entravent leur réussite. Le projet propose de créer une solution, un modèle conceptuel qui relie les besoins de la société, le monde académique et le marché professionnel en se basant sur l’importance de l’intelligence artificielle (IA) dans l’avancement de leurs travaux. Trois groupes de jeunes étudiants libanais entrepreneurs ont été interviewés. L’analyse nous montre que certains profils professionnels se distinguent : certaines compétences peuvent être innées, mais la formation entrepreneuriale améliore leurs compétences. La présence d’un mentorat académique et d’un accompagnement professionnel, la collaboration académie-industrie, la connaissance technologique et l'utilisation de l’IA sont des atouts essentiels, leur permettant d'introduire avec succès leurs produits et services sur le marché et leur aidant à mieux se connecter avec leurs clients cibles et leurs fournisseurs.  .  

Lire la suite de la communication

MEYIHA Merveille (2023)''Adéquation formation-emploi-défis économiques : quels rôles pour les universités ?"

Atelier 3 : “La formation professionnalisante : Comment développer la délicate triple adéquation : formation-emplois-défis socioéconomiques ?"

La formation des jeunes représente un défi majeur auquel les pays du monde entier en général et ceux de l’espace francophone consacrent de plus en plus d’efforts. Malgré les nombreux efforts consentis, les diplômés font face à un chômage grandissant. Les chiffres varient d’un pays à un autre et sont alarmants, en particulier ceux de l’Afrique francophone. En effet, le problème sempiternel qui se pose fondamentalement est l’adéquation formation-emplois. Les formations ne sont pas adaptées aux réalités politique et socioéconomique des pays dans lesquels elles sont établies. Ce qui ne permet pas aux jeunes d’être en phase avec les exigences des entreprises et besoins du marché. Ne faudra-t-il donc pas une refondation des systèmes éducatifs qui dorénavant mette en synergie les acteurs à savoir : universités-entreprises et politiques ? Les analyses dans le cadre de cette communication ont permis de situer les responsabilités, de faire un point bref sur l’existant lié à l’adéquation formation-emploi des jeunes et de proposer des approches pouvant permettre de développer des formations professionnalisantes qui dotent les formés de compétences pratiques, transposables et transférables.

Lire la suite de la communication

N’CHO N. Henri Bérenger (2023)"Formation – Emploi – Défis Socioéconomiques en Côte d’Ivoire à l’ère de l’intelligence Artificielle : Comment s’orienter à partir des pratiques expérimentales actuelles?

Atelier 3 : “La formation professionnalisante : Comment développer la délicate triple adéquation : formation-emplois-défis socioéconomiques ?"

L’ère de l’Intelligence Artificielle (IA) n’est seulement vieille de quelques années. Pourtant elle a déjà entraîné d’importants changements des modes d’interaction des personnes entre elles et avec leur environnement. Par exemple, l’automatisation systématique de certaines tâches routinières a eu pour conséquences la raréfaction de certains emplois notamment ceux de qualification intermédiaire telles que nous les connaissons aujourd’hui. Dans le domaine de l’enseignement, elle a littéralement modifié notre façon d’apprendre et de transmettre les savoirs sans ajustements préalables rendant certains parcours scolaires obsolètes, et avec eux leurs emplois de destination.

Face à cela, les institutions d’enseignement et de formation doivent veiller à ce que les apprenants soient à même de comprendre et de gérer ces interactions de façon à ne pas se trouver exclus ou, pire encore, exploités. Par ailleurs, elles doivent être préparées et équipées pour s’adapter aux nouveaux modes de travail et satisfaire à l’exigence renouvelée d’apprentissage. Il est impérieux d’intégrer l’IA à tous les niveaux des parcours et des offres de formation

Lire la suite de la communication

PUTUNTEAN Bérenger Nina (2023)''L’intégration des formations professionnalisantes en Moldova : étude de cas Université Technique de Moldova 

Atelier 3 : “La formation professionnalisante : Comment développer la délicate triple adéquation : formation-emplois-défis socioéconomiques ?"

L’environnement social actuel et le taux de chômage élevé des jeunes en Europe ont conduit la politique européenne à privilégier l’éducation visant à promouvoir l’employabilité des jeunes, à mettre l’accent sur l’enseignement en alternance à tous les niveaux d’enseignement. Cette adaptation aux changements s’avère nécessaire aussi pour l’enseignement supérieur en Moldavie, car le système de formation en alternance représente un vrai facteur de compétitivité. L’article présente le contexte légal local, ainsi que l’expérience de l’Université Technique de Moldova à ce sujet, à travers l’implémentation du projet: Création de la première formation universitaire francophone à présence renforcée en entreprise en République de Moldova financé par l’AUF, du projet Erasmus+ MIC “Entrepreneuriat étudiant”, IUT Louis Pasteur, UNISTRA, France et du projet Erasmus+ KA2 COOPERA “Intégration de l’enseignement supérieur en alternance en Moldavie et en Ukraine”.Suite à la mise en place de cette forme d’enseignement, plusieurs problèmes ont été signalés, tout de même, les avantages évidents pour les bénéficiaires – les étudiants, les entreprises, les universités et l’état, les dépassent de loin.  

Lire la suite de la communication

RANDRIANIRINA Anjarasoa Mamilalaina (2023)''Adaptation de la formation professionnalisante aux besoins de la société à travers la plateforme collaborative : cas de l'Université d'Antananarivo 

Atelier 3 : “La formation professionnalisante : Comment développer la délicate triple adéquation : formation-emplois-défis socioéconomiques ?"

Le système « LMD » a suscité beaucoup de réflexions sur les finalités des formations universitaires et leurs liens avec le monde du travail. L’université d’Antananarivo et ses annexes ont introduit dans leur mission l’orientation, insertion professionnelle et employabilité des diplômés, outre les missions traditionnelles de formation et de recherche.  L’objectif de notre étude est de promouvoir la mise en place d’un dispositif de plateforme collaborative entre l’université et son environnement.  

L’utilisation des TIC ont pris de plus en plus une énorme place dans le système pédagogique, voire dans l’apprentissage surtout que la pandémie du Covid 19 a généré une crise profonde dans le monde l’enseignement. Des politiques gouvernementales, socio-économiques et plusieurs initiatives ont été prises par toutes les parties prenantes pour avoir une formation ininterrompue1. Des contraintes se sont multipliées à travers les accès aux cours, aux exercices d’apprentissages, aux documentations. A cette situation, s’ajoute l’augmentation de la population estudiantine avec le cumul des étudiants ayant obtenu leur baccalauréat, les enseignants permanents qui ne sont pas en nombres proportionnels aux effectifs des étudiants et les problèmes d’infrastructures. Ainsi, une plateforme collaborative serait-elle un dispositif approprié afin d’adapter l’offre de formation aux besoins de la société tout en tenant compte des limites du système LMD et des contraintes environnementaux ?   

Lire la suite de la communication

Atelier 4 : Mobilisation de l'expertise

BETTO DJEUTCHA Stanislas (2023)''Cartographie participative : inondation méthodologique et ordonnancement de la démarche géographique au Cameroun"

Atelier 4 : “La mobilisation de l’expertise : Comment développer de l’expertise pluridisciplinaire aussi bien pour le développement local inclusif qu’au profit des défis mondiaux complexes et transfrontaliers?

La cartographie des phénomènes géographiques repose aujourd’hui sur des méthodes et outils de la géomatique. Les résultats obtenus d’une telle approche sont loin d’être réalistes pour des raisons liées à la qualité des données d’analyse mais surtout au choix des niveaux d’échelle d’observation. Au lieu d’un travail techniciste imposant une vision descendante, une démarche qui inverse le processus pourrait permettre d’impliquer les populations locales dans la production et la spatialisation de l’information géographique. La présente étude se penche sur l’élaboration d’un cadre méthodologique de cartographie participative, partant de l’exemple du risque d’inondation dans un bassin versant de la ville de Douala. L’approche est rendue possible grâce aux entretiens semi-directifs sur le modèle des groupes de discussion cartographique. Il en ressort que l’approche méthodologique de cartographie participative est réalisable, fiable, moins contraignante par ailleurs reproductive dans plusieurs territoires. Par ailleurs, les zones inondées issues de la carte participative ne coïncident pas avec celles des documents d'urbanisme et d'aménagement en vigueur dans le site d’étude.

Lire la suite de la communication

BOURASSA DANSEREAU Caterine, LANGEVIN Marie (2023)''La mise en œuvre d’un partenariat de recherche interdisciplinaire
pour l’égalité femmes-hommes dans la Francophonie : perspectives et défis"

Atelier 4 : “La mobilisation de l’expertise : Comment développer de l’expertise pluridisciplinaire aussi bien pour le développement local inclusif qu’au profit des défis mondiaux complexes et transfrontaliers?

Créé en 2022, l’Observatoire francophone pour le développement inclusif par le genre (OFDIG) résulte d’un partenariat novateur entre l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF) et l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Sa mission est de favoriser à l’échelle internationale l’égalité femmes- hommes (EFH) et d’accroître l’autonomie et le pouvoir d’agir des femmes et des filles, dans trois secteurs cruciaux du développement inclusif : les milieux économiques, les systèmes éducatifs, le domaine de l’enseignement supérieur et de la recherche. Ces secteurs sont constitutifs de la Francophonie scientifique.

Dans cette communication, nous présentons les stratégies de mise en réseau local et international déployées par l’OFDIG, les apports indéniables de ce réseautage, ainsi que les défis qui y sont associés afin de nourrir la réflexion sur les enjeux liés à la mobilisation de l’expertise. Nos réflexions s’organisent autour de trois leviers d’action permettant la mobilisation d’expertises dans la Francophonie ; 1- la création d’un réseau international d’expert·es sur le développement inclusif par le genre (DIG) et l’EFH, 2- la mobilisation de connaissances interdisciplinaires et internationales pour théoriser et documenter le DIG et l’EFH et 3- l’identification, la documentation et la diffusion des actions et meilleures pratiques «terrain» en faveur du DIG et l’EFH dans la Francophonie

Lire la suite de la communication

NGUYEN Thai Huyen (2023)''Une recherche-formation francophone en architecture et paysage au Vietnam, préfiguration d'un Laboratoire d'innovation urbaine par l'expertise pluridisciplinaire"

Atelier 4 : “La mobilisation de l’expertise : Comment développer de l’expertise pluridisciplinaire aussi bien pour le développement local inclusif qu’au profit des défis mondiaux complexes et transfrontaliers?

Après 23 ans de coopération, l’Université d’Architecture de Hanoï et les écoles nationales supérieures d’architecture et de paysage de France ont créé une filière francophone délocalisée Licence-Master-Doctorat en architecture et paysage à Hanoï. Paraèllement avec la formation francophone, les projets de recherche-action francophone sont développés avec succès. Cette communication mettra en avant la spécificité des démarches mises en œuvre dans le cadre de cette recherche-formation fortement tournée vers l’action, ainsi que l’importance de l’expertise internationale et francophone à travers les travaux et les enseignements menées. Elle vise donc à présenter les conditions permettant d’établir un dialogue entre chercheurs, décideurs et habitants pour identifier et hiérarchiser ensemble les enjeux et élaborer des solutions. Les résultats obtenus et les retours d’expériences effectués depuis ont permis de préfigurer un Laboratoire d’innovation urbaine permettant de porter un regard croisé sur les enjeux actuels et d’ouvrir le champ des possibles en matière d’aménagement urbain en lien étroit avec les acteurs et les habitants concernés. 

Lire la suite de la communication

DIEMÉ Mamady (2023)''Les femmes face aux pratiques émergenttes des technologies dans le secteur agricole au Sénégal"

Atelier 4 : “La mobilisation de l’expertise : Comment développer de l’expertise pluridisciplinaire aussi bien pour le développement local inclusif qu’au profit des défis mondiaux complexes et transfrontaliers?

Au Sénégal les avancées de la technologie dans le secteur de l’agricole par l’IA sont remarquables. En effet, depuis quelques années, on observe une utilisation croissante des aéronefs dans le secteur agricole pour gagner en productivité. C’est l’exemple des femmes agricultrices REFAN (Réseau des femmes agricultrices du Nord) ainsi que les représentantes de la SAED du Sénégal qui ont bénéficié en novembre 2022, d’une formation au pilotage de drone. Celle-ci va grandement faciliter l’inspection de leurs champs-écoles et ainsi améliorer les rendements. L’objectif de cette présente étude est d’appréhender le rôle et la place des femmes face aux pratiques émergentes des technologies dans le secteur agricole au Sénégal. Il s’agit de voir comment les technologies ont contribué à moderniser et à améliorer les conditions de travail des femmes dans le secteur de l’agriculture.  

Il ressort des résultats de l’étude que de nombreuses agricultrices se sont souvent créées une activité indépendante. Par exemple, l’accueil à la ferme, la transformation et la vente directe des produits fermiers, l’initiative de marchés de proximité qui les placent directement au contact des consommateurs, etc. De même, elles pratiquent davantage la diversification. Ainsi, elles proposent deux fois plus souvent un hébergement touristique que les exploitations masculines, des activités de loisir.  Ainsi, de nouveaux projets ont alors vu le jour au Sénégal. Des start-ups se sont créées dans le but d’optimiser les techniques agricoles afin d’en accroitre la rentabilité. Cette étude révèle aussi que la création des start-ups a favorisé au Sénégal, la naissance de plusieurs plateformes dont le but est de promouvoir et de renforcer les liens entre les productrices. Il s’agit notamment de Jokolante, la plateforme de conseils agricoles en langues locales, Jappandil, la plateforme de mise en relation, Tolbi, l’innovation étudiante au service des agriculteurs, Fraisen, premier label des producteurs de fraises, DICTAF Corporation, l’intelligence artificielle au service des agriculteurs, etc.  De manière générale la technologie des drones peut aider à accélérer la planification, mais aussi à estimer avec plus de précision la quantité de fertilisants et de matériaux de plantation nécessaires pendant la période de végétation pour ces agricultrices qui, jusqu’à présent, étaient contraintes d’inspecter à pied des hectares de parcelles en plein soleil. C’est un gain de temps énorme qui leur permettra de se concentrer désormais sur l’augmentation de leurs rendements et la chaîne de distribution tout en améliorant leurs pratiques environnementales. 

Lire la suite de la communication

DIOP Baye Oumar, BA Makhaly, NGOM Balla Diop, CISSE Aminata, DIONE Adama, SENE Seynabou, DIOUF Abdou, DIOUF Aminata (2023)''Valorisation et utilisation optimale des argiles en construction et industrie : cas d'argiles des régions de Saint Louis, Thiès, Kédougou, et Ziguinchor du Sénégal"

Atelier 4 : “La mobilisation de l’expertise : Comment développer de l’expertise pluridisciplinaire aussi bien pour le développement local inclusif qu’au profit des défis mondiaux complexes et transfrontaliers?

L’élaboration des matériaux argileux est souvent associée à des pertes en production et des retraits pouvant dégrader des constructions. Les gisements identifiés risquent, sous peu, de ne plus satisfaire à la demande croissante.Ce projet pluridisciplinaire vise, en conséquence, à caractériser les argiles de façon avancée pour proposer des formulations et modèles optimaux d’utilisation ainsi qu’à orienter les producteurs vers des sites d’exploitation adaptés à leurs besoins.  

Il s’agit d’abord de déterminer la chimie, la minéralogie et la microstructure des argiles ; ensuite de les caractériser. Des formulations inhérentes vont permettre de confectionner des matériaux thermostatiques et durables. Les données des analyses vont servir à la prédiction de l’utilité et du comportement des argiles. Les régions concernées et à mieux aménager sont celles de Saint Louis, Thiès, Kédougou et de Ziguinchor ; en répartition zonale dans le Sénégal. Les résultats contribueront non seulement à réduire les pertes en production tout en soutenant la réalisation d’habitats de qualité, dotés d’une efficacité énergétique ; mais également à favoriser l’utilisation des argiles gonflantes en industrie.  

Lire la suite de la communication

EL MEHDI Aya (2023)''Mobilité des compétences : Les filons de compétences de médecins permettent-ils une situation de « gagnant-gagnant 

Atelier 4 : “La mobilisation de l’expertise : Comment développer de l’expertise pluridisciplinaire aussi bien pour le développement local inclusif qu’au profit des défis mondiaux complexes et transfrontaliers?

Après les ingénieurs, notamment en informatique, et les enseignants-chercheurs, les médecins constituent le plus gros des contingents de ces nouveaux migrants (Stratégie, 2018).  Une solution qui exige aussi une évolution des mentalités : car, paradoxalement, la Tunisie, qui cherche sa place à l’international, peine à intégrer des compétences étrangères, voire à garder celles qu’elle a formées. Certains estiment qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter, la mobilité étant dans l’ordre des choses. Les candidats au départ dénoncent surtout des conditions de vie en deçà de leurs attentes. Selon l’Association des Tunisiens des grandes écoles (ATUGE), un départ sur trois est motivé par la situation du pays et par une dégradation de la confiance. Plusieurs médecins et pharmaciens partagent le même point de vue : la crise économique, un système inchangé, la dévaluation du dinar, les conditions salariales ont miné leur enthousiasme. 

Lire la suite de la communication

HOTEIT Maha (2023)''Le Comité de coordination du développement durable et de la sécurité alimentaire (CODEDSA) à l'AUF : Création d'un nouveau réseau consultatif international pour un développement durable"

Atelier 4 : “La mobilisation de l’expertise : Comment développer de l’expertise pluridisciplinaire aussi bien pour le développement local inclusif qu’au profit des défis mondiaux complexes et transfrontaliers?

Le rapport du Sommet des Nations Unies sur les Systèmes Alimentaires et le Sommet sur la Nutrition pour la Croissance ont mis l'accent sur l'ampleur des défis auxquels les pays sont confrontés réduire le « triple fardeau de la malnutrition » qui englobe la surnutrition, la malnutrition et les carences en micronutriments autrement dit « faim invisible ». Environ 170 millions d’enfants dans 62.5% des pays francophones accusent un retard de croissance et un score élevé du « faim invisible » due à un régime alimentaire monotone et où les choix sont limités par la pauvreté. La création d’un comité de “Coordination du Development Durable et de la Sécurité Alimentaire” (CODEDSA) à l’AUF est indispensable. Son rôle est de débrouiller une stratégie efficace pour lutter contre la « faim invisible » d’une façon durable, rentable et capable d’apporter des bénéfices aux communautés tout en prenant en considération les bénéfices environnementaux, économiques, santé et nutrition. À plus long terme, une « approche systémique » basant sur l’intelligence artificielle prenant en considération les expertises francophones, est nécessaire pour englober tous les éléments de la chaîne de valeur alimentaire, afin de garantir la mise en œuvre des objectifs de développement durable (ODD) surtout ODD2,9,10,12,13 et17 en un seul coup. 

Lire la suite de la communication

JEAN Muriel, PARIZE Claudya, VIRAPATIRIN Johanna (2023)''Une recherche-formation francophone en architecture et paysage au Vietnam, préfiguration d'un Laboratoire d'innovation urbaine par l'expertise pluridisciplinaire"

Atelier 4 : “La mobilisation de l’expertise : Comment développer de l’expertise pluridisciplinaire aussi bien pour le développement local inclusif qu’au profit des défis mondiaux complexes et transfrontaliers?

La RSU (Responsabilité Sociétale de l’Université) intègre toutes les parties prenantes des établissements de l’enseignement supérieur, publiques ou privées, internes et externes à l’Université. Dans la perspective de se réinventer, l’Université des Antilles (UA) développe des actions liées à sa politique de responsabilité sociétale sur ses deux pôles. Celles-ci s’articulent autour d’une démarche de réflexion collective à l’origine du programme politique « Réinventons l’UA » depuis mars 2020.  Cet article explore la manière dont l'Université des Antilles, à travers sa politique de Responsabilité Sociétale mobilise l'intelligence collective pour promouvoir le développement durable et la responsabilité sociétale et environnementale. En s'appuyant sur une étude de cas approfondie, nous explorons les initiatives et les démarches de l'université pour intégrer les Objectifs de Développement Durable (ODD) et engager ses parties prenantes dans ce processus. Dès lors, notre article étudie l’impact éventuel de l’Université sur le développement local et régional au regard de la zone d’influence de l’UA : l’espace Caribéen 

Lire la suite de la communication

MANAMON Rahis Israël (2023)''L’expertise pluridisciplinaire dans le processus du développement humain durable et inclusif au Sahel et au Lac Tchad : entre cadres et enjeux d’une stratégie intégrée.

Atelier 4 : “La mobilisation de l’expertise : Comment développer de l’expertise pluridisciplinaire aussi bien pour le développement local inclusif qu’au profit des défis mondiaux complexes et transfrontaliers?

La connaissance, aussi rationnelle qu’elle prétend, en réalité ne constitue pas un tout homogène standardisée. Elle est traversée de fortes controverses, qui, souvent, opposent les spécialistes entre eux. L’évolution des formes de l’expertise, ses facteurs de crises et ses orientations principales en cours ont incité à inventer des formes ouvertes d’expertises. Bien que les formes d’expertises collectives intégrant des spécialistes entre eux se sont multipliés ces dernières années dans divers domaines, une question d’actualité persiste de s’avoir concrètement comment mettre en œuvre ces synergies entre les secteurs de l’enseignement supérieure, la recherche et le secteur du développement socio-économique. Suivant cette logique scientifique, ce travail nous oriente vers la recherche de lien de complémentarité, de coopération, d’intégration et d’interpénétration entre les disciplines en vue de faciliter l’intégration d’une expertise pluridisciplinaire utile au développement humain durable et inclusif dans un Sahel et une région du lac Tchad qui sont réputés être les plus pauvres et les plus instables au monde.  

Lire la suite de la communication

MANGA Jean-paul (2023)''Coconstruction d'une fiducie communautaire dans la station balnéaire de Samy

Atelier 4 : “La mobilisation de l’expertise : Comment développer de l’expertise pluridisciplinaire aussi bien pour le développement local inclusif qu’au profit des défis mondiaux complexes et transfrontaliers?

Les narrations orientées et autres schèmes mentaux hégémoniques, suprémacistes des centres de productions de pensées des Nord(s) et des Occident(s) à l’endroit des connaissances et autres savoirs issus des périphéries et centres des Sud(s) et des Orient(s)cèdent de plus en plus la place à une universalité latérale différente de l’universalité de surplomb (Merleau-Ponty, 1969). Les grands défis complexes auxquels l’humanité fait face, exigent les experts, les scientifiques, les praticiens et les laboratoires à travailler ensemble afin de coconcevoir des pratiques et solutions à utilité socioéconomique pour les communautés locales, régionales et internationales. Pour corroborer une telle vérité nous convoquerons aisément la citation du poète allemand Hölderlin « Là où croît le danger, croît aussi ce qui sauve », en d’autres termes, les différents défis et enjeux auxquels l’humanité est confrontée la poussent à être plus inventif et ingénieux pour les affronter et les juguler. Derrière toute destruction gît l’espoir de la régénération. 

Lire la suite de la communication

MESSARA Camille Moitel (2023)''Embarquons pour le langage », une collaboration entre les orthophonistes et les professionnels de la petite enfance pour soutenir le développement langagier en garderie

Atelier 4 : “La mobilisation de l’expertise : Comment développer de l’expertise pluridisciplinaire aussi bien pour le développement local inclusif qu’au profit des défis mondiaux complexes et transfrontaliers?

Dans le cadre du développement professionnel, la rencontre des spécialités pour favoriser l’expertise pluridisciplinaire au travail est une plus-value. Une expérience mobilisant l’expertise des orthophonistes en développement langagier et l’expertise des éducateurs en éducation, a été menée au Liban dans le contexte des garderies. La configuration innovante de cette démarche a permis de décloisonner les disciplines pour atteindre un objectif commun à ces professionnels, la meilleure stimulation langagière possible en bas âge. 

Lire la suite de la communication

PETRESCU Eva-Cristina (2023)''Rôle des partenariats dans l'éducation moderne"

Atelier 4 : “La mobilisation de l’expertise : Comment développer de l’expertise pluridisciplinaire aussi bien pour le développement local inclusif qu’au profit des défis mondiaux complexes et transfrontaliers?

Les modèles classiques de la durabilité reposent sur trois piliers : écologique, social et économique, mais les défis nouveaux du développement durable imposent un changement de paradigme. Dans la situation mondiale marquée par des risques de plus en plus divers et nombreux, par des changements de comportement induits par la crise du Covid-19, par l'évolution de la technologie, il faut avoir une nouvelle approche sur les dimensions de la durabilité et sur le rôle joué par l'éducation dans le développement durable. Cette communication présente les principaux résultats d'une recherche qualitative portant sur la perception du rôle des partenariats dans l'éducation durable moderne dans un contexte international. Les résultats montrent que les partenariats dans l'éducation et la recherche présentant de nombreux avantages pour toutes les parties et représentant une voie vers une éducation durable. Pour un développement social et économique durable, des risques géopolitiques, environnementaux, économiques et technologiques complexes doivent être pris en compte et un modèle de durabilité doit être centré sur une éducation durable. 

Lire la suite de la communication

RADUT-GAGHI Luciana  (2023)''Des sciences humaines et sociales dans le dialogue diplomatique autour du climat"

Atelier 4 : “La mobilisation de l’expertise : Comment développer de l’expertise pluridisciplinaire aussi bien pour le développement local inclusif qu’au profit des défis mondiaux complexes et transfrontaliers?

Les controverses publiques sur le changement climatique et la récente crise mondiale causée par la COVID-19 sont deux situations majeures où la connaissance scientifique a été véhiculée publiquement. Nous proposons ici une réflexion sur le rôle que les sciences humaines et sociales pourraient jouer dans l’analyse du discours public fondé sur des connaissances scientifiques. L’intervention est organisée en trois volets : la recherche interdisciplinaire de l’espace public ; la coopération internationale sur des défis actuels ; et, enfin, la recherche comme diplomatie scientifique. En partant d’un projet de recherche bien précis mené à CY Cergy Paris Université, nous élargissons notre approche à une analyse de la place de la science dans le dialogue diplomatique. Le volet international, dont nous entendons la francophonie comme partie prenante, sous-tend l’ensemble de manière indissociable du caractère mondial des crises que nous traversons. Nous espérons ainsi contribuer à l’analyse et la compréhension de la confrontation des récits dans l’espace public et la formation des communautés de vérité.

Lire la suite de la communication

RATSIMBAZAFY Vololoniaina Bakoliarisoa (2023)''Mobiliser la collaboration entre chercheurs en sciences sociales et en sciences de l’ingénieur dans le domaine de la transition énergétique

Atelier 4 : “La mobilisation de l’expertise : Comment développer de l’expertise pluridisciplinaire aussi bien pour le développement local inclusif qu’au profit des défis mondiaux complexes et transfrontaliers?

La transition énergétique est actuellement l’une des défis mondiaux complexes et transfrontaliers auquel chaque pays est confronté. Une approche globale et multidisciplinaire est indispensable pour comprendre, anticiper et accompagner tous les processus de transformation. La  collaboration entre chercheurs en sciences sociales et en sciences de l’ingénieur dans le domaine de la transition énergétique  est l’une des voies pour  vaincre les obstacles et relever les défis de sa mise en marche. La conjonction entre la science économique et le génie électrique est un exemple type de cette collaboration en mettant en avant la dimension technico-économique des énergies renouvelables. Les résultats de recherche seront principalement la publication d’articles scientifiques et la formulation des politiques publiques relatives à la transition énergétique.  Dans cette optique, les centres de recherches dans les universités des pays en développement peuvent abriter cette collaboration en mettant en avant l’expertise des jeunes chercheurs. 

Lire la suite de la communication

TRAMONI Laurence  (2023) ''Mobiliser l’expertise scientifique pluridisciplinaire pour maintenir diversité linguistique et apprentissage inclusif dans les territoires francophones

Atelier 4 : “La mobilisation de l’expertise : Comment développer de l’expertise pluridisciplinaire aussi bien pour le développement local inclusif qu’au profit des défis mondiaux complexes et transfrontaliers?

Cette participation propose d'exposer les bénéfices d’une démarche conceptuelle qui dépasse le champ disciplinaire, pour montrer l’intérêt d’une mobilisation de l’expertise scientifique dans le cadre d’une coopération pluridisciplinaire facilement transposable. À partir d’une enquête sociolinguistique de terrain menée autour d’un public scolaire plurilingue à Mayotte et en Corse, qui montre le poids des interactions socio-économiques dans la transmission et l’apprentissage des langues en situation de contact, apparaît un processus d’évolution diachronique général désigné sous les termes de transition linguistique. Les caractéristiques de cette mutation macro-sociolinguistique qui impacte les langues identitaires mais également la langue française, donne lieu à une modélisation produite grâce à des outils d’analyse sociolinguistiques élaborés pour croiser des données statistiques de référence. L'ensemble des jalons mobilisant la pluridisciplinarité sont abordés dans cette communication, afin de partager, questionnements et méthodologie conçue en appui des politiques linguistiques, pouvant répondre à la plupart des problématiques qui touchent les territoires francophones. 

Lire la suite de la communication

HENRY Gwendal, VAN BELLEN Simon, NIEMANN Tanja (2023) ''Mobiliser l’expertise scientifique pluridisciplinaire pour maintenir diversité linguistique et apprentissage inclusif dans les territoires francophones

Atelier 4 : “La mobilisation de l’expertise : Comment développer de l’expertise pluridisciplinaire aussi bien pour le développement local inclusif qu’au profit des défis mondiaux complexes et transfrontaliers?

Dans un environnement technologique en constante évolution, le rayonnement de la recherche ainsi que la découvrabilité des publications savantes reposent sur la mise en place de partenariats forts, de standards rigoureux et d’un processus d’innovation continue. C’est le travail que réalise le Consortium Érudit depuis 1998, afin de faire rayonner les revues savantes canadiennes en sciences humaines et sociales à l’international, et notamment dans l’espace francophone. 

Lire la suite de la communication

Logo

A propos

Pour toute information sur la Semaine Mondiale de la Francophonie Scientifique, n’hésitez pas à nous contacter.